Programme électoral pour les élections législatives de Mai 2017
                INTRODUCTION

Depuis 1999, le Rassemblement National Démocratique soutient le Président Abdelaziz BOUTEFLIKA dans la mise en œuvre de ses programmes successifs. Il concourt aussi au développement national avec la concrétisation de ses propres propositions, au niveau du Gouvernement et du Parlement. C’est donc avec le même esprit que le Rassemblement soumet ce programme aux électeurs avec l’engagement de le concrétiser demain.
Ce programme véhicule une démarche de consolidation, de continuité, ainsi que d’adaptation du processus de développement multiforme, qui mobilise l’Algérie depuis sa sortie de la Tragédie Nationale.
C’est d’abord une démarche de consolidation de la sécurité et de la stabilité du pays, ainsi que de l’unité de la Nation.
C’est aussi une démarche de continuité, notamment à travers la pérennisation de la justice sociale et de la solidarité nationale.
C’est également une démarche d’adaptation à la conjoncture financière, aux exigences d’une gouvernance plus efficace, aux impératifs de diversification et de compétitivité de l’économie, ainsi qu’aux attentes sociales d’une population croissante et jeune.
Enfin, ce programme contient nos propositions au bénéfice de nos compatriotes résidant à l’étranger, propositions pour consolider les liens entre l’Algérie et sa communauté nationale à l’étranger, et pour associer cette dernière au développement national.
Telle est donc la trame des propositions qui sont énoncées brièvement dans ce document et qui seront explicitées davantage sur le terrain et à travers les médias, par les candidates et les candidats du RND à ces élections législatives.
S’agissant de nos candidats et candidates, ils ont été choisis au niveau local par les instances du parti, c’est-à-dire par la base militante, après consultation de la société civile. Outre leurs qualités, leurs compétences et leurs expériences personnelles, ces candidats sont proches de la population locale dont ils connaissent les attentes.
Voilà pourquoi, outre la promotion de ce programme du Parti, nos candidats et candidates présenteront dans chaque wilaya, des propositions spécifiques pour répondre aux attentes locales de la population.
I. POUR LA PRESERVATION DE L’UNITÉ, DE LA STABILITÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU PAYS
Durant la Tragédie nationale, l’Algérie a payé un lourd tribut à l’instabilité et à l’insécurité. Elle est entourée aujourd’hui de dangereux foyers de tensions à ses frontières. Elle est exposée aussi aux menaces du terrorisme international. Elle est ciblée enfin par des tentatives de porter atteinte à son unité nationale. Voilà pourquoi, nos parlementaires s’engagent à :
- i- Perpétuer la défense des Valeurs de Novembre 1954 comme socle de l’unité de la Nation et de la stabilité de la Patrie ;
-ii- Défendre la Constitution et les Lois de la République, qui sont l’assise de l’Etat ;
- iii- Poursuivre leur soutien à M. le Président de la République, qui incarne l’unité de la Nation et qui est le garant de la Constitution ;
-iv- Militer pour la vulgarisation de l’Histoire nationale dans sa profondeur millénaire ;
- v- Continuer à appuyer le choix de la Réconciliation nationale ;
-vi- Soutenir les efforts de l’Armée Nationale Populaire et des Forces de sécurité pour la destruction des résidus du terrorisme ;
- vii- S’opposer à tout projet visant à porter atteinte à l’unité de la Nation ou à la stabilité du pays et de ses institutions ;
-viii- Œuvrer à la préservation de notre religion l’Islam des courants étrangers à nos traditions, et renforcer la place et le rôle des Zaouias, facteur de stabilité de notre société ;
- ix- Agir pour une rapide concrétisation du statut de Tamazight langue nationale et officielle, et de la promotion de Tamazight comme ciment additionnel à l’unité de notre peuple ;
-x- Valoriser la culture nationale pour l’affirmation de l’identité de notre peuple et pour sa contribution à la culture universelle.
II. POUR LA POURSUITE DE L’AMÉLIORATION DE LA GOUVERNANCE
Notre Rassemblement et ses parlementaires militeront pour la réforme de la Gouvernance.
1°. Au titre de la Gouvernance territoriale : Nous nous engageons notamment à :
-i- Travailler à la modernisation de l’Administration et son rapprochement des citoyens ;
- ii- Agir pour l’approfondissement de la décentralisation et pour le renforcement du rôle des Assemblées populaires communales et de wilayas ;
-iii- Promouvoir la fiscalité locale et le rôle des collectivités locales dans le développement économique ;
- iv- Réhabiliter l’administration territoriale dans ses missions régaliennes de contrôle, de régulation et de veille au respect des lois et règlements en vigueur ;
-v- Agir pour le renforcement de la sécurité publique au profit des citoyens, à travers la promotion de l’esprit civique et le durcissement des peines contre le trafic de drogue, les enlèvements d’enfants et autres crimes crapuleux.
2°. Au titre de la gouvernance économique : Le Rassemblement et ses parlementaires œuvreront notamment :


-i- Au renforcement de la lutte contre la corruption ;
-ii- Au renforcement de la lutte contre les fraudes fiscales, commerciales et douanières, y compris avec la réalisation d’un consensus national contre ces fléaux ;
- iii- A la réforme du système bancaire et financier, et le développement de la finance islamique ;
-iv- A la mise en place d’une instance nationale d’orientation en matière d’opportunités d’investissements et de leurs localisations géographiques, pour éviter des saturations de créneaux et des concentrations spatiales excessives.
- v- A la réhabilitation de l’autonomie de gestion des entreprises publiques, et à la protection des cadres gestionnaires dans la prise du risque de gestion, pour développer leur compétitivité ;
3°. Au titre de la promotion de l’Etat de droit et des libertés : Notre Rassemblement et ses députés travailleront notamment :
-i- Au renforcement de la liberté de la presse et à l’accès des médias aux données ;
- ii- A la mise en place d’une aide publique à la presse contre cahier des charges ;
-iii- A la poursuite de la réforme de la Justice ;
- iv- Au développement du mouvement associatif, notamment de proximité.
III. POUR L’ACCÉLÉRATION DE LA TRANSITION ÉCONOMIQUE
La chute des prix des hydrocarbures a affecté le Budget de l’Etat et ralenti le rythme des investissements publics. L’Algérie résiste encore à cette crise grâce à ses réserves de change. Mais, cette crise souligne l’urgence d’une transition économique qui requiert des choix et une volonté politique. Ce sont ces choix et cette volonté qui sont reflétés à travers les propositions exposées ci-dessous.
1°. Conforter l’environnement nécessaire à l’accélération de la transition économique : Dans la partie relative à l’amélioration de la Gouvernance, nous avons exposé nos propositions pour la réforme du système bancaire et financier, afin de mieux accompagner les agents économiques. Nous avons aussi exposé nos propositions pour la lutte contre la corruption, ainsi que les fraudes fiscales, douanières, ou commerciales qui entravent le développement d’une économie saine et solide. Le Rassemblement et ses candidats s’engagent également pour :
-i- La promotion d’un dialogue associant les partenaires économiques et sociaux ainsi que les partis politiques, pour dégager un consensus national autour de la transition économique ;
-ii- La préservation de la souveraineté économique en récusant l’endettement extérieur et en préservant la balance des paiements du pays ;
-iii- Le traitement équitable des entreprises algériennes publiques ou privées, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution et des lois ;
- iv- L’octroi de la priorité aux entreprises locales sur les programmes publics d’études, de réalisations, ou d’acquisition des biens et services ;
-v- L’obligation pour les entreprises étrangères d’investir avec des opérateurs locaux, dans le domaine où elles désirent obtenir des contrats en Algérie ;
- vi- L’obligation pour les entreprises étrangères qui exportent en Algérie d’investir localement, sous peine de perdre l’accès au marché national ;
-vii- Le découragement de l’importation de tout bien ou service disponible localement, par le biais des licences d’importations et de l’instauration de taxes additionnelles ;
- viii- Le report des échéances d’ouverture du marché national au titre des zones de libre- échange avec l’Union Européenne, le Monde arabe ou l’OMC, pour le parachèvement de la transition économique ;
-ix- La décentralisation des procédures administratives relatives à l’investissement dans tous les secteurs économiques au niveau de la wilaya, sous l’autorité du wali ;
- x- La garantie d’une offre suffisante de foncier industriel à travers toutes les wilayas et notamment le long des infrastructures autoroutières, ferroviaires ;
-xi- L’accélération de la réalisation de zones industrielles et de zones d’activités sur des assiettes foncières publiques, en les concédant à des opérateurs privés chargés de leur réalisation, de leur gestion et de leur entretien.

2°. Maintenir et adapter le rôle moteur de la dépense publique d’investissement : Le recul des recettes du Trésor ne doit pas désengager l’Etat de son rôle de promoteur du développement humain et infrastructurel, ni de son statut actuel de moteur du développement économique à travers la dépense publique d’investissement. Il s’agit donc de rationaliser et d’adapter cette contribution publique. A ce titre, les députés du Rassemblement agiront notamment pour :
- i- La concentration de la dépense publique d’investissement sur la finalisation des programmes déjà décidés, notamment dans le domaine du développement humain ;
-ii- La concentration des dépenses nouvelles sur l’entretien des infrastructures déjà réalisées et l’amélioration de leur gestion ;
- iii- Un effort pour le développement des villages et des quartiers, avec la réalisation et l’entretien des routes, des réseaux d’eau et d’assainissement, ainsi que des infrastructures de santé. Ces programmes amélioreront les conditions de vie de la population et seront réalisés par des entreprises algériennes.
3°. Promouvoir une politique de développement équilibré à travers le territoire : La transition économique devra bénéficier à l’ensemble des régions du pays, pour la préservation de la cohésion nationale, et apporter des réponses aux demandes d’emplois et de revenus dans toutes les contrées. Pour tout cela, les candidats du Rassemblement s’engagent à promouvoir notamment ce qui suit :
- i- Le maintien d’un effort particulier pour le développement des régions du Sud et des Hauts Plateaux avec le concours des ressources des Fonds dédiés à ces deux régions ;
-ii- La mise en place d’une politique de développement des régions montagneuses en les faisant bénéficier des incitations à l’investissement, semblables à celles appliquées aux régions du sud et des hauts plateaux, et en instituant un fonds spécial d’appui au développement des régions montagneuses ;
-iii- La mise en place d’un mécanisme national d’orientation des investissements, pour garantir la répartition spatiale des investissements industriels, agricoles, agro-alimentaires, touristiques et autres, à travers toutes les régions du pays, et selon leurs propres spécificités.
4°. Maintenir et renforcer le soutien à l’investissement productif de biens et de services : La crise financière des années 1980 et 1990 a notamment généré une rupture de la dynamique de développement économique du pays. La crise actuelle ne doit pas entrainer les mêmes conséquences. L’Algérie doit donc prendre les mesures nécessaires pour maintenir et renforcer le soutien à l’investissement productif de biens et de services qui, à court et moyen terme, sera créateur d’emplois mais aussi de recettes nouvelles pour l’Etat. A cet effet, les députés du Rassemblement travailleront notamment :
-i- Au maintien des avantages fiscaux et parafiscaux destinés à la promotion de l’investissement, y compris les avantages du régime de la convention ;
- ii- Au maintien de la bonification de 2% sur les taux d’intérêts des crédits à l’investissement dans tous les secteurs ;
-iii- A l’accompagnement des entreprises en difficulté par un rééchelonnement de leurs dettes bancaires ou fiscales ;
- iv- A l’encouragement de la mise à niveau des petites et moyennes entreprises, par des incitatifs fiscaux, bancaires ou même des aides directes ;
Le maintien de l’appui de l’Etat à l’investissement économique bénéficiera à tous les secteurs, industriel, agricole, et des différentes banches des services dont le tourisme.
Pour le développement du tourisme, et outre les avantages fiscaux et parafiscaux ainsi que la bonification des crédits d’investissement, nous soutiendrons aussi : -a- la préservation de l’environnement ; -b- la restauration des ksours sahariens, des sites historiques, culturels et archéologiques ; -c- l’aménagement des zones d’extension touristique ; -d- la préservation des parcs nationaux ; -e- la mise en valeur des sources thermales -f- et la préservation des plages.
5°. Adapter le système national d’éducation, d’enseignement, de formation et de recherche aux besoins du développement économique national : L’Algérie a quasiment généralisé l’éducation, l’enseignement et la formation, comme en témoignent le nombre impressionnant des infrastructures d’éducation et de formation, ainsi que la présence au moins d’un centre universitaire dans toutes les wilayas.
Par delà l’amélioration de son rendement, ce système doit apporter aussi des réponses aux besoins de l’économie nationale en cadres et en main d’œuvre qualifiés. A cette fin, le Rassemblement et ses candidats s’engagent à œuvrer notamment pour :
-i- La promotion d’une plus grande place des disciplines scientifiques et techniques dans les programmes des cycles moyen et secondaire de l’éducation nationale ;
- ii- L’adaptation des programmes des établissements de formation professionnelle aux besoins particuliers de leurs régions d’implantation ;
-iii- L’encouragement du développement des écoles de métiers par les opérateurs économiques, selon leurs propres besoins ;
-iv- La multiplication d’écoles et de centres de formation aux différents métiers de l’agriculture pour doter ce secteur des compétences qui lui sont nécessaires ;
-v- L’encouragement de la formation universitaire en cycle court (licence) de cadres et techniciens supérieurs nécessaires aux différents secteurs économiques de chaque région ;
- vi- La mise en place au niveau de chaque wilaya, d’un cadre de concertation entre les établissements et écoles de formation professionnelles, les universités, et les opérateurs économiques, pour l’organisation de stages au bénéfice des élèves et des étudiants
-vii- Le maintien et l’augmentation des crédits budgétaires pour la recherche scientifique, et le développement d’incitatifs fiscaux à la recherche au sein des entreprises.


6°. Soutenir le développement des exportations : Le Rassemblement et ses députés travailleront pour l’accompagnement du retour de notre pays à l’exportation hors hydrocarbures, notamment à travers les mesures suivantes :
- i- L’incitation à l’investissement dans les métiers de l’exportation (groupage, transit, prospection, et autres) ;
-ii- Des facilitations bancaires et fiscales pour la prospection de marchés à l’étranger ;
- iii- La mise en place d’une véritable caisse d’assurance des exportations hors hydrocarbures ;
-iv- Le développement des capacités de fret aérien et maritime, en incitant l’investissement national y compris privé dans ce domaine
- v- La négociation d’accord de libre-échange avec les zones économiques africaines ;
7°. Accompagner et intensifier le renouveau agricole : L’agriculture est le principal pourvoyeur d’emplois du pays. Son développement permettra de réduire notre dépendance alimentaire envers l’étranger, et même de dégager des surplus pour l’exportation. A ce titre, nos candidats s’engagent notamment à :
- i- Maintenir et accroitre le soutien de l’Etat au développement de l’agriculture. Le contenu du programme d’aide à l’agriculture annoncé par le Chef de l’Etat à Biskra en 2009 ;
-ii- Encourager l’association des nationaux détenteurs de capitaux avec les bénéficiaires de concessions de terres agricoles pour la modernisation des exploitations ;
- iii- Encourager les bénéficiaires de concessions agricoles à se regrouper en coopératives de plus grande consistance de sorte à faciliter la mécanisation ;
-iv- Encourager le développement de coopératives agricoles de commercialisation qui établiront des relations contractuelles avec les circuits de distribution des produits agricoles ;
- vi- Encourager le développement de l’industrie de transformation de produits agricoles pour garantir des débouchés et des revenus aux agriculteurs ;
-vii- Encourager les éleveurs par des incitations diverses, notamment l’aliment du bétail à des prix subventionnés durant les périodes d’hiver ou de sécheresse ;
- viii- Faire fonctionner les abattoirs industriels réalisés à l’Est (Ain Mlila), au Centre (Hassi Bahbah) et à l’Ouest (Bougtob), au profit des éleveurs et des consommateurs ;
-ix- Encourager l’exportation des produits agricoles ;
- x- Prohiber l’importation de produits agricoles ou d’élevage chaque fois que la production nationale permet de répondre aux besoins de la population.
8°. Développer l’économie de la construction : La croissance démographique dans le pays exigera encore un effort soutenu dans le domaine de l’habitat. Il importe donc de répondre à cette demande en évitant de concentrer excessivement la population au niveau des villes, comme il importe de satisfaire ce besoin social fondamental, avec des ressources autres que le seul budget de l’Etat. C’est dans cet esprit que le Rassemblement et ses candidats s’engagent à promouvoir notamment les mesures suivantes :
- i- Le financement de la réalisation du logement social et du logement promotionnel public avec des ressources du marché financier, mobilisées par le Fonds National de l’Investissement ;
-ii- L’incitation des investisseurs locaux à réaliser des logements promotionnels de qualité, à des prix abordables pour les couches moyennes. Cet encouragement sera fait par des abattements sur le coût des assiettes foncières, la bonification des taux du crédits et des avantages fiscaux ;
-iii- L’encouragement des investisseurs locaux à développer de puissantes entreprises de construction de logements, de sorte à cesser le recours aux entreprises étrangères ;


-iv- Le renforcement de l’aide au logement rural, pour contenir aussi l’exode vers les villes.
9°. Préserver l’indépendance énergétique du pays : La consommation intérieure du gaz et du pétrole ne cesse de croître alors que la production de ces énergies est appelée à régresser. Outre la poursuite et l’intensification de l’exploration des hydrocarbures conventionnelles, il importe donc d’intensifier la mise en valeur de nouvelles sources d’énergie. A ce titre, le Rassemblement et ses députés travailleront notamment pour :
-i- Le développement des énergies renouvelables notamment solaire, avec des investissements publics et privés, et des incitations fiscales et financières de l’Etat ;
- ii- L’exploration et l’évaluation des gisements de gaz et pétrole de schiste, en veillant à la sauvegarde de l’environnement et à la préservation de la santé de la population ;
-iii- Le soutien à l’investissement, y compris privé, dans la pétrochimie, pour valoriser davantage les hydrocarbures du pays.
IV. PROMOUVOIR UNE POLITIQUE SOCIALE
DYNAMIQUE, JUSTE ET SOLIDAIRE

Se réclamant des Principes de la Révolution du Premier Novembre 1954, notre Rassemblement défend les valeurs sociales de notre pays. Il milite aussi pour la souveraineté financière du pays pour que l’Algérie puisse mettre en œuvre une politique sociale conforme à ses propres valeurs. A travers sa plaidoirie pour une transition économique réussie, notre Rassemblement milite également pour que notre pays puisse disposer des ressources nécessaires pour concrétiser ses choix sociaux.
Dans ses propositions qui suivent, notre Rassemblement développe sa vision d’une politique sociale dynamique, plus juste et plus transparente.
1°. Poursuivre les réformes pédagogiques et sociales de l’éducation nationale : Notre Rassemblement milite pour une amélioration pédagogique de l’éducation nationale et pour une plus grande équité sociale au profit des élèves. A ce titre nos candidats aux élections législatives s’engagent notamment sur ce qui suit :
-i- La poursuite de réformes pédagogiques, dans le respect de notre identité nationale avec notamment, le maintien de l’éducation islamique et la préservation de la langue arabe ;
- ii- La poursuite de réformes pédagogiques consolidant l’ouverture de l’école, du collège et du lycée, sur les langues étrangères et les disciplines scientifiques ;
-iii- L’élargissement de l’enseignement de Tamazight à travers le territoire national ;
- iv- La généralisation du transport scolaire à travers tout le territoire national ;


 


- v- L’octroi d’une bourse scolaire au profit des élèves des familles démunies ou aux revenus modestes.
2°. Améliorer le système de santé publique : L’Algérie a réalisé un important réseau d’infrastructures de santé publique. Elle a développé aussi une forte politique de formation de médecins et de cadres paramédicaux. Elle a également mis en place une industrie pharmaceutique prometteuse. En outre, elle a institué un régime de protection sociale rarement égalé dans le monde. Elle dépense enfin un important budget annuel pour le secteur de la santé. Notre Rassemblement milite pour que toute cette politique gagne en efficacité et en rationalité, et travaillera avec ses députés notamment à :
- i- La mise en place de la réforme hospitalière pour améliorer la gestion des infrastructures de santé publique ;
-ii- L’entretien et l’équipement approprié des infrastructures de santé publique ;
- iii- Le renforcement des capacités de prise en charge des malades du cancer ;
-iv- Le renforcement de la formation des personnels paramédicaux ;
- v- La mise en place d’un régime plus incitatif pour les médecins spécialistes acceptant d’aller servir dans les hôpitaux de l’intérieur du pays.
3°. Développer l’assistance et le soutien des personnes handicapées : A ce sujet, le Rassemblement et ses députés travailleront notamment à :
-i- L’amélioration des prestations médicales spécifiques destinées aux personnes handicapées ;
-ii- Au développement de l’insertion professionnelle des handicapés ;
-iii- A l’augmentation des allocations d’aide sociale aux personnes handicapées.
4°. Améliorer la politique d’accès au logement : Notre Rassemblement a exposé plus haut ses propositions pour l’amélioration de la réalisation de logements. Il présente ici sa vision d’une approche plus efficace et plus équitable en matière d’aide des citoyens à se loger, à travers notamment :
-i- Le relèvement à quatre fois le SNMG, le plafond de revenu ouvrant droit au logement social ;
-ii- L’instauration de l’Aide Publique au Loyer pour les citoyens aux revenus modestes, désireux de louer des logements dans le secteur privé ;
-iii- La mise en place effective des prêts du Trésor, sans intérêts, aux fonctionnaires désireux d’acquérir ou de construire leur logement dans des coûts définis ;
-iv- Une amélioration de l’aide publique à la construction du logement rural.
5°. Préserver et améliorer le pouvoir d’achat : Dans ce domaine, le Rassemblement et ses députés s’engagent à œuvrer pour ce qui suit :
-i- La révision périodique du Salaire minimum garanti et des salaires en général, par le biais du dialogue tripartite et des conventions de branches ;
-ii- La préservation du pouvoir d’achat par la lutte contre la spéculation sur les prix ;
-iii- Le maintien de la subvention des prix des produits de base avec un meilleur ciblage de ses bénéficiaires ;
-iv- La mise en place d’un fichier national des personnes nécessiteuses pour les faire bénéficier de l’aide qui leur est destinée.
6°. Une politique adaptée pour une meilleure insertion sociale des jeunes : La jeunesse est la composante dominante de notre population, et elle constitue un atout majeur pour le développement du pays, tout comme elle mérite une politique adaptée pour son insertion sociale. Dans ce domaine, notre Rassemblement et ses députés travailleront notamment à faire aboutir les mesures suivantes :
-i- Le maintien de tous les dispositifs en place pour l’aide à l’insertion professionnelle des jeunes tels que l’aide à la micro entreprise ou les contrats de pré-emplois ;
-ii- Une plus grande communication sur les dispositifs d’aide à la création de micro entreprises y compris par les diplômés universitaires ;
-iii- L’octroi des petits marchés publics aux entreprises de jeunes ;
-iv- L’octroi de lots de terres aux jeunes dans les wilayas du sud et des hauts plateaux pour leur mise en valeur avec des aides de l’Etat ;
-v- Une aide publique plus importante aux jeunes pour la construction d’une habitation rurale ;
-vi- La mise en place de quotas de logements sociaux réservés spécialement aux jeunes.
7°. Des mesures d’accompagnement de la promotion de la femme : L’Algérie a réalisé des progrès importants en ce qui concerne la promotion de la femme. C’est le cas d’abord à travers la place des filles dans le système d’éducation et d’enseignement. C’est le cas également avec la constitutionnalisation du principe de la parité entre femme et homme dans l’accès à l’emploi. Il s’agit donc d’accompagner ces choix par des mesures concrètes. A ce titre, notre Rassemblement s’engage à militer notamment pour :
-i- Le développement du réseau des crèches, y compris par l’investissement privé de sorte à aider les femmes qui travaillent dans la prise en charge et l’éducation de leurs enfants ;
-ii- L’application stricte des lois protégeant la femme de toute forme de violence.
V. UNE DEMARCHE SOLIDAIRE ET PARTICIPATIVE EN DIRECTION DE LA COMMUNAUTE NATIONALE A L’ETRANGER
La Communauté nationale à l’étranger est indissociable du peuple algérien. Elle a démontré son engagement au service de l’Algérie chaque fois que les épreuves l’ont demandé : durant la lutte de libération nationale ; avec sa solidarité envers notre peuple frappé par les calamités naturelles ; et en partageant les douleurs et les joies de l’Algérie, depuis la tragédie nationale jusqu’aux victoires de l’équipe nationale. Notre Rassemblement nourrit des sentiments de respect et d’affection à l’égard de notre communauté expatriée, et milite pour la consolidation de ses liens avec l’Algérie, et pour sa participation au développement du pays.
1°. Une démarche de consolidation des liens entre l’Algérie et sa communauté : Avec :
-i- L’amélioration de la protection consulaire des algériens à l’étranger, ainsi que des conditions de transport, et d’accueil lors des voyages en Algérie ;
-ii- Le développement de programmes d’information destinés à la communauté à l’étranger ;
-iii- La promotion d’écoles enseignant nos deux langues nationales et officielles au profit de l’enfance de notre communauté à l’étranger ;
-iv- L’encouragement de la création d’associations locales des Algériens à l’étranger ;
-v- L’ouverture de banques algériennes dans les pays de résidence de notre communauté ;
-vi- L’acquisition par les algériens résidant à l’étranger de logement de la promotion immobilière publique en Algérie ;
-vii- Une facilitation de l’équivalence des diplômes universitaires obtenus à l’étranger.
2°. L’association de la communauté au développement national : Avec notamment :
-i- L’établissement de liens entre les opérateurs expatriés et les associations patronales locales ;
-ii- La mobilisation de l’expertise expatriée par la voie contractuelle ;
-iii- Le droit des expatriés d’investir en Algérie avec les avantages octroyés aux nationaux ;
-iv- L’Encouragement des expatriés à promouvoir l’exportation de produits algériens, industriels, agricoles, et artisanaux.
* * *
Documents joints

تغريدات

ألبوم الصور

المزيد من الألبومات